PRINCIPE EDUCATIF

1 - Le maître de stage

C'est un des partenaires essentiels de la formation. C'est avec lui que le jeune découvre le fonctionnement d'une entreprise et apprend son métier. Il prend le temps de répondre aux questions du jeune et lui permet de participer à la vie de son entreprise et d'évoluer. Il s'intéresse au parcours professionnel de son stagiaire ou de son apprenti afin de lui proposer des missions pertinentes. Il rencontre régulièrement l'équipe pédagogique de la Maison familiale ainsi que les parents du jeune pour faire un point sur l'évolution de la formation.

2 - La formation générale associée à la formation professionnelle

Dans cette formule, les Maisons familiales rurales ne délaissent en aucun cas la partie théorique. Les programmes scolaires et les diplômes préparés sont les mêmes que ceux de l'enseignement général. C'est l'organisation des cours, répartis entre les temps de formation à l'école et en entreprise, qui change. Les élèves passent les mêmes épreuves aux examens que dans l'enseignement classique.

3 - L'orientation

Les stages sont adaptés au parcours de chacun. Selon leur âge et leur cursus, les élèves qui arrivent en Maison familiale en sont à des étapes différentes de leur projet personnel et professionnel. Certains savent déjà le métier vers lequel ils veulent s'orienter, d'autres moins, d'autres changeront d'idées en cours de route.

Les élèves de quatrième et de troisième par exemple qui découvrent l'entreprise, n'ont pas toujours conscience de la réalité du monde du travail. Le stage permet un premier contact avec le monde de l'entreprise. Il permet souvent au jeune de mieux identifier ses envies et ses choix professionnels. Surmonter son appréhension, commettre des erreurs, devenir utile en stage et faire le bilan avec son maître de stage sont autant d'étapes qui posent des jalons en termes d'acquisition des compétences et en termes d'orientation d'un jeune.

4 - Une insertion professionnelle et sociale réussie

En prise directe avec le monde de l'entreprise et le monde des adultes, la pédagogie de l'alternance offre une chance de réussir son insertion sociale et professionnelle. L'élève ou l'apprenti qui a un pied solidement ancré dans la vie active et un autre à la Maison familiale, a ainsi une combinaison gagnante pour affiner son orientation, se construire un avenir professionnel réfléchi et abouti.

5 - Un climat éducatif familial

C'est une des particularités des Maisons familiales rurales :

un nombre d'élèves relativement limité pour garantir proximité et convivialité au sein de l'établissement. Une Maison accueille en moyenne 150 élèves, parfois moins, parfois plus. Tous les élèves ne sont pas présents en même temps dans la Maison du fait de l'alternance. En moyenne, 15 % de ces élèves ont de 14 à 15 ans, 55 % entre 16 et 18 ans, et 30 % au-delà.

Le directeur encadre, avec son équipe, les élèves et coordonne la vie quotidienne de l'établissement. Avec lui, des formateurs (des moniteurs), une maîtresse de maison ou un cuisinier, une ou plusieurs secrétaires, un responsable de l'entretien et un surveillant de nuit.

Les formateurs ne sont pas seulement des enseignants chargés de cours. Ils ont une fonction plus globale. Ils accompagnent les élèves dans leur projet professionnel et personnel et animent également les temps hors cours.

Au-delà de cette équipe éducative de salariés, d'autres acteurs (familles, maîtres de stage, responsables locaux…) gravitent autour de la Maison familiale et participent à son fonctionnement.

Parallèlement, à la Maison familiale, à travers la vie résidentielle et la vie en groupe, le dialogue avec les formateurs, le jeune apprend à se connaître, il mesure ses possibilités et ses limites.

Ainsi, les jeunes qui ont parfois rencontré des difficultés scolaires reprennent goût aux études. Ils sont remis en selle grâce aux activités pratiques et réalisent des parcours d'études valorisants.

6 - La participation des parents

Permettre aux jeunes de faire leur place dans le monde des adultes tout en contribuant à le transformer, telle est, toujours, la grande ambition des Maisons familiales.

Aujourd’hui, cette ambition ne se limite plus aux enfants d’origine agricole mais concerne tous les adolescents.

Or, ce vaste dessein ne peut se concevoir qu’avec l’acceptation pleineet entière du principe de la responsabilité éducative des familles dans le cadre des relations traditionnelles entre parents et enfants mais également en leur donnant la responsabilité d’une partie d’un système éducatif.

7 - L'apprentissage de la citoyenneté

 L'apprentissage de la vie en collectivité est un axe à part entière de la formation.

Les élèves sont là pour se former et préparer un diplôme mais aussi pour apprendre à vivre ensemble, en collectivité, dans la société.

C'est dans cet esprit que la majorité des élèves scolarisés en Maison familiale est inscrite en internat. Dormir dans l'établissement impose un rythme différent de celui de la famille. Il faut se plier aux règles de vie en commun, apprendre à se débrouiller seul, à devenir autonome et responsable. Les temps résidentiels sont des moments privilégiés de l'apprentissage de la vie de groupe. Ces temps comprennent des activités sportives, des travaux manuels, des sorties culturelles, des soirées à thème, des rencontres…

La maîtresse de maison et les salariés chargés de l'entretien s'occupent de la tenue générale du lieu mais tout le monde est responsable de la propreté des locaux. En début de semaine, on répartit les tâches et chaque élève se voit confier un service pour la durée de son séjour hebdomadaire. Ici, on est de service de table ou de vaisselle, là de chambre, plus loin de classe… Un principe qui permet de responsabiliser chaque élève, sur le plan matériel mais aussi relationnel.